Vous êtes-vous déjà interrogés sur la façon dont votre enfant capte l’information?

Si le moment des devoirs ne se passe pas aussi bien que vous le souhaitez ou si vous avez du mal à vous faire entendre, c’est peut-être dû à vos systèmes sensoriels différents.

Connaissez-vous le VAKOG ?

C’est l’acronyme de Visuel, Auditif, Kinesthésique, Olfactif et Gustatif correspondant à nos cinq sens (la vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat, le goût).

Ces cinq sens sont liés à cinq canaux sensoriels : le canal visuel, le canal auditif, le canal kinesthésique, le canal Olfactif et le canal Gustatif.

Durant notre développement, chacun de nous a privilégié un de ces canaux. Mais nous utilisons aussi les autres. Aucun canal n’est supérieur à un autre mais certains sont plus indispensables.

D’ailleurs le VAKOG est souvent appelé le VAK pour faire référence aux trois principaux canaux.

A quoi cela sert-il d’identifier votre canal principal ? cela vous permet de mieux communiquer avec les autres en adaptant votre discours, de mieux mémoriser et de mieux transmettre vos méthodes d’apprentissage.

Selon le canal que vous utilisez pour communiquer, ce dernier n’est pas forcément celui utilisé par votre enfant.

Voici donc une série d’exemples pour vous aider à identifier votre canal sensoriel principal ainsi que celui de votre enfant.

1er exemple : selon votre canal dominant, voilà ce que vous direz en premier pour raconter vos vacances:

Un Visuel dirait « Une vue sublime, une nature verdoyante, des animaux exotiques qu’on ne voit pas habituellement, des montagnes, des fleurs…d’une grande beauté ! ».

Un Auditif dirait « une ambiance de folie ! Les oiseaux qui me réveillaient le matin, de la bonne musique… ».

Un Kinesthésique dirait « une ambiance chaleureuse, je me suis sentie détendue comme jamais. J’ai apprécié le contact avec la nature, avec les animaux… ».

2e exemple : un visuel utilisera des mots comme « je vois », « il parait » « c’est clair », « c’est flou », « je garde un œil », «  imagine », « Visiblement », « ça crève les yeux ».

C’est une personne qui fait une représentation en image dans sa tête avant de parler.

L’auditif, c’est une personne qui va employer des mots tels que « «ça me parle », « ça ne me dit rien », « bien entendu », « c’est inouï », « écoute-moi », « ça sonne juste».

C’est souvent une personne qui parle vite car elle n’a pas besoin de trop réfléchir avant de parler.

Le Kinesthésique, quant à lui, utilisera des mots comme « on reste en contact », « ça prend corps », « ça casse les pieds », « ça me touche », « elle a les pieds sur terre », « j’ai la situation bien en main », « je le sens bien ».

C’est une personne qui aura besoin de ressentir les choses avant de parler.

3e exemple : pour distinguer le visuel de l’auditif : un visuel dira à son enfant « Tu vois ce  que je veux dire ? » ou « Regarde-moi quand je te parle ». Un auditif dira plutôt « tu m’écoutes ? » « Répète ce que je viens de dire ».

Une fois que vous avez identifié votre canal sensoriel principal, identifiez celui de votre enfant en analysant ses phrases, les verbes qu’il emploie pour expliquer une situation, décrire un endroit ou raconter sa dernière sortie.

4e exemple : emmenez votre enfant dans un nouvel endroit (une boutique, une boulangerie…) et analyser comment il réagit.

Est-ce qu’il a tendance à regarder partout ? A admirer la décoration ?

Est-ce qu’il est sensible au bruit, à la musique ?

Est-ce qu’il a tendance à vouloir toucher à tout ?

5e exemple : vous pouvez repérer le sens dominant de votre enfant à sa façon de s’habiller : un visuel sera très attentif à ce qu’il choisit de porter alors qu’un kinesthésique choisira une tenue confortable !

Ainsi, pour mieux communiquer avec votre enfant, parlez-lui en étant en phase avec son canal de communication principal.

6e exemple : si votre enfant est un visuel et que vous lui répétez que 7X7=49, il aura plus de mal à le mémoriser alors que s’il le voit écrit il y arrivera plus facilement.

S’il utilise principalement le canal kinesthésique, utilisez des objets ou des cartes pour lui expliquer les multiplications car il a besoin de toucher et de manipuler pour comprendre et mémoriser.

Bien entendu, je vous invite à proposer ces trois méthodes d’apprentissage à votre enfant afin de stimuler tous ses canaux !

En complément de cet article, je vous invite à lire celui sur les intelligences multiples.😉

1 Commentaire

  1. Bella

    J’aime beaucoup les exemples que tu donnes

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *